En mars 2018

Bienvenue, voici le calendrier des prochaines activités de mars.

Les ateliers sont ouverts à tous, petits et grands.

Venez avec votre convivialité.
Pour vous inscrire, il vous suffit de remplir le formulaire de réservation en bas de cette page, une confirmation de réservation vous sera renvoyé.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.

 

Dimanche 4 mars : Sentiers naturels, les plantes sauvages comestibles au début du printemps.

Promenade de 14h à 17h à la découverte des plantes sauvages comestibles et des fleurs de printemps. Rendez-vous à Chatel-Saint-Germain devant la mairie. 15€/participant.

 

Dimanche 11 mars : Sentiers naturels, les mousses et fleurs de printemps. 

Je vous propose de découvrir un monde fabuleux que l’on oublie souvent de regarder de prêt. RDV au tennis club de la vallée de Monvaux entre Chatel-Saint-Germain et Amanvillers  Promenade de 14h à 17h . Rendez vous à Chatel-Saint-Germain devant la mairie. 15€/participant.

 

Dimanche 11 mars : Découverte des plantes sauvages comestibles.

RDV à Lorry-Les-Metz devant la mairie de 10h à 12h. Nous découvrirons les plantes sauvages comestibles dans différents milieux (forêt, prairie, source…) échange, partage d’infos, conseils pour que vous puissiez continuer de votre côté. 15€/participant.

 

Dimanche 18 mars : Les sentiers naturels, les prémices du printemps.

Découverte de la flore et de la faune du Mont St Quentin, nous découvrirons les merveilles qui façonnent le paysage lorrain. De la prairie calcaire à la forêt en passant par des zones humides, nous verrons un large panel des milieux représentant une valeur patrimoniale naturelle riche et fragile. Promenade de 10h à 12h . Rendez vous à l’Arboretum de Plappeville. 15€/participant.

 

Dimanche 18 mars : Sentiers naturels, une exceptionnelle biodiversité.

Promenade à la découverte de la magie des paysages de Lorraine, Découverte du site protégé de Pagny-Sur-Moselle, un des plus riche site en terme de biodiversité. Nous sommes en plein retour de migration et nous pourrons observer des oiseaux traversant notre contrée, nous découvrirons la richesse de la flore, que nous explorerons par des sentiers cachés et féeriques. RDV devant la gare de Pagny-Sur-Moselle. N’hésitez pas à covoiturer. Sortie de 14h à 17h. 18€/participant.

 

Dimanche 25 mars : Sentiers naturels, la forêt et le hêtre des batailles.

Promenade en foret de Châtel-saint-germain pour découvrir la forêt. Nous irons jusqu’au hêtre des batailles, arbre remarquable de 4.90m de circonférence. RDV au parking des ruines de Châtel-Saint-Germain. De 10h à 12h. 15€/participant.

 

Dimanche 25 mars : sentiers naturels plantes sauvages comestibles et découverte du chêne des moines.

Je vous propose une promenade dans un endroit magnifique jalonné de sources ou l’on verra peut-être des tritons, une magnifique forêt, l’abbaye Notre-Dame de Villers Bettnach et le chêne des moines, arbre remarquable de plus de 230 ans. RDV à Saint-Hubert devant l’abbaye Notre-Dame de Villers Bettnach. 14h à 17h30. Covoiturage possible depuis Metz. 20€/participant.

Pour ceux qui souhaitent participer aux 2 sorties du dimanche 25 mars sur les arbres remarquables et les plantes sauvages comestibles, nous pourrons prendre un repas tiré du sac sur la zone de Villers Bettnach qui offre des beaux endroits pour le pique-nique. N’hésitez pas à me le faire savoir dans l’onglet commentaire dans le formulaire de réservation. Merci

 

⇐ Mois précédent  Mois suivant ⇒

FORMULAIRE DE RÉSERVATION

Publicités

En mai 2018

Bonjour, voici le calendrier des prochaines activités de mai.

Les ateliers sont ouverts à tous, petits et grands.

Venez avec votre convivialité.
Pour vous inscrire, il vous suffit de remplir le formulaire de réservation en bas de cette page, une confirmation de réservation vous sera renvoyé.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.

 

Mardi 1 mai : Pique-nique sauvage.

Promenade et découverte de la nature, nous nous intéresserons aux plantes sauvages comestibles que nous apprendrons à identifier, nous ferons une cueillette et mangerons les fruits de notre récolte lors d’un pique-nique en pleine nature. Sortie de 10h à 15h sur le mont Saint-Quentin. Adultes 25€ / Enfants 15€.

 

 

Dimanche 6 mai : une exceptionnelle biodiversité, la vallée de Montvaux.

Promenade de 10h à 12h à la découverte des plantes sauvages comestibles et des fleurs de printemps. Rendez-vous à Châtel-Saint-Germain devant la mairie. Adultes 15€ / Enfants moins de 12 ans 5€.

 

 

Dimanche 6 mai  : la zone protégée de Pagny-Sur-Moselle. 

Je vous propose de découvrir un endroit fabuleux composé d’étangs, lieu de passage des oiseaux migrateurs et de prairies humides, d’une incroyable biodiversité. Rendez-vous à l’écluse de Pagny-Sur-Moselle, de 14h30 à 18h. Covoiturage possible à partir de Metz. Adultes 20€ / Enfants 7€.

 

Samedi 12 mai : pique-nique sauvage. 

Promenade et découverte de la nature, nous nous intéresserons aux plantes sauvages comestibles que nous apprendrons à identifier, nous ferons une cueillette et mangerons les fruits de notre récolte lors d’un pique-nique en pleine nature. Sortie de 10h à 15h sur le mont Saint-Quentin. Adultes 25€ / Enfants 15€.

 

 

Dimanche 13 mai : La fête du printemps à Ancy-sur-Moselle.

Venez découvrir le stand de LorraiNature, les préparations à base de plantes sauvages, land art et autres merveilles. 

Mercredi 16 mai : apprendre à reconnaître les plantes facilement.

Initiation à la botanique pour apprendre simplement à reconnaître les plantes. Nous découvrirons les familles de plantes représentatives fournissant une bonne base pour développer ces capacités d’identification. Par l’alliance du scientifique et de émotionnel, je propose un mode d’apprentissage accessible à tous et simple, dans la joie. J’apporterai, au cours de ces sorties, des conseils et des clés qui vous permettront d’identifier les plantes que vous croiserez. Rendez-vous devant la mairie de Lorry-Les-Metz de 16h à 18h. Adultes 30€ / Enfants 10€.

 

 

Mercedi 16 mai : Découverte des plantes sauvages comestibles.

Promenade autour de Metz à la découverte des plantes sauvages comestibles. Rendez-vous au tennis Club de la vallée de Montvaux. De 10h à 12h. Adultes 15€ / Enfants – 12 ans 5€.

 

 

 

Samedi 26 mai : pique-nique sauvage.

Promenade et découverte de la nature, nous nous intéresserons aux plantes sauvages comestibles que nous apprendrons à identifier, nous ferons une cueillette et mangerons les fruits de notre récolte lors d’un pique-nique en pleine nature. Sortie de 10h à 15h sur le mont Saint-Quentin. Adultes 25€ / Enfants 15€.

 

 

 

Mercredi 30 mai : découverte de la nature, la foret et les prairies calcaires.

Nous irons découvrir les merveilleux paysages lorrains, de la prairie calcaire rare et fragile à la foret de hêtre, en passant par les sources su plateau de Lorry-Les-Metz, nous découvrirons la richesse de ses paysages qui font la Lorraine. Sortie de 14h à 17h. Rendez-vous devant l’église de Lorry-Les-Metz. Adultes 15€ / Enfants de moins de 12 ans 5€.

 

 

Jeudi 31 mai : Découverte des plantes sauvages comestibles avec le Café Fauve.

Promenade autour du café Fauve pour y découvrir les plantes sauvages comestibles. Le rendez-vous est au Café Fauve de 14h30 à 16h30. Vous pourrez découvrir ce café-restaurant associatif hors du commun (pour en savoir plus cliquez ici). Adultes 15€ / Enfants – 12 ans 5€. 

Lien facebook de l’événement : Sortie plantes sauvages comestibles

 

FORMULAIRE DE RESERVATION

 

Le castor

Biologie

Castor_canadensis1Le Castor est le plus grand Rongeur européen. Il possède une silhouette lourde et massive. Sa queue est en forme de palette, écailleuse et large de 12 à 16,5 cm. Les orteils sont palmés pour permettre une nage aisée. Les narines et et les conduits auditifs sont obturés pendant la plongée. Les yeux et les oreilles sont assez petits et les pattes sont courtes. Il n’y a pas de
dimorphisme entre les deux sexes (chez les 2 sexes, l’appareil urogénital débouche dans un cloaque axial). Le Castor possède de grandes incisives orangées (les supérieures sont les plus courtes). La fourrure est brun foncé à gris noir au dessus, très dense, et  un peu plus clair au dessous.

Indices de présence 

On peut déceler la présence du Castor grâce aux différents type de gîtes qu’il occupe en fonction du milieu : hutte ou terrier

On décèle également sa présence grâce aux arbres abattus (souche taillée en biseau), aux écorces rongées, aux amas de branches dans l’eau (provisions pour l’hiver), aux restes de repas (morceaux d’écorce, copeaux). Localement, le Castor construit des digues avec des branches, de la terre et des tiges elles atteignent 100 à 150 m de long et 1m de haut (Le Castor ne construit pas de digue en Lorraine et il habite généralement un terrier creusé dans la berge).

Les Empreintes antérieures ont une taille d’environ 5,5 x 4,5 cm (5 doigts mais souvent on n’en voit que 4) alors que les empreintes postérieures, beaucoup plus grande ont une taille de  15 x 10cm. La palmures est parfois visibles dans la boue molle.

Dimensions

Le Castor possède des tailles variables en fonction des régions. En France et en Lorraine, La longueur du Castor est de 75 à 90 cm pour un poids de 15 à 38 kg maximum. La queue est de 25 à 35 cm.

Habitat

En Lorraine, Le Castor habite exclusivement en plaine aux bords de la Moselle où il a été réintroduit. Il a besoin d’eaux courantes assez lentes ou stagnantes et surtout permanentes, ayant 1,50 à 2 m de profondeur et ne gelant pas complètement en hiver. Ces eaux doivent être bordées de trembles, aulnes, saules, bouleaux, peupliers, frênes. Localement, le Castor s’abrite dans un terrier (Castor de la Moselle notamment). Ailleurs en Europe, il  construit une grande hutte en branchages ayant des entrées immergées. Dans la hutte, la plate-forme habitée est au-dessus du niveau de l’eau (l’espace intérieur est d’environ 1 m de diamètre et 50 cm de haut). La hutte est habitée par plusieurs générations, et peut devenir très volumineuse. Les canaux et les barrages servent à maintenir le niveau de l’eau et facilitent l’accès aux gagnages (zones de nourriture).

Le domaine vital est de dimensions variables selon les lieux : long et étroit autour des rivières (jusqu’ à 3 000 m), bien plus large autour des lacs. La dimension du domaine vital dépend aussi de l’abondance de la végétation ligneuse. La densité de la population varie de 1 à 1,52 individu par km² en plaine et autour des lacs de 2,83 à 22/ha. Le long d’une rivière, une famille peut occuper 500 m de berges (habitat riche) ou 5,5 km (habitat pauvre). On distingue 4 types de déplacements :
– déplacements des familles entre plusieurs lacs de leur territoire,
– dispersion des jeunes (généralement à faible distance car ils reviennent à la hutte natale),
– déplacements des adultes qui ont perdu leur partenaire,
– dispersion des sujets de 2 ans qui quittent leur lieu de naissance (Ils parcourent jusqu’à 100km).

 

Régime alimentaire1280px-Castor_dents-haye

Le régime alimentaire au printemps et en été, est composé de plantes herbacées, feuilles et rameaux. Le Castor ronge surtout les peupliers, saules et trembles. Il peut couper des arbres de 20 cm de diamètre et plus mais le plus souvent, ceux qui mesurent de 3 à 8 cm de diamètre à 30cm de haut. s’éloigne assez peu de l’eau pour abattre des arbres.

 

Reproduction

La copulation a lieu en février, les naissances en juin. La maturité sexuelle des femelles est à 3 ans (parfois 2 ans). Les mâles ne peuvent s’accoupler avec succès avant 3 ans. La gestation dure de 103 à 108 jours. Il n’y a qu’une seule portée annuelle de 1 à 6 petits (la moyenne étant de 2,7). La femelle possède 4 tétines. Les jeunes ont un pelage bien développé et les yeux ouverts à la naissance. Au bout de quelques heures, ils apprennent déjà à nager dans l’entrée de la hutte. Le sevrage a lieu durant le premier été.

Longévité

La durée de vie normal est de 7 à 8 ans (maximum 25 ans). Les principales causes de mortalité sont les prédateurs (Loup), la noyade quand l’eau monte brusquement sous la glace, l’épuisement en hiver, la tularémie (maladie généralement mortelle, affecte le foie, la rate, les poumons et les ganglions), et le trafic roulier.

downloadSociabilité

Le Castor vit en petits groupes familiaux dont l’importance varie selon le succès de la reproduction, la durée du couple, etc. En moyenne, les groupes comprennent 5 à 6 sujets, 1 couple d’adultes, les jeunes de l’année et ceux de l’année précédente. Les jeunes restent 2 ans dans leur lieu d’origine. Le Castor est monogame.

Pour communiquer, le Castor frappe la surface de l’eau avec sa queue (signal de danger). Il peut également émettre des grognements, des sifflements et cris aigus. Il possède plusieurs glandes à odeur (chez les 2 sexes) : 2 anales, 2 autres débouchent dans l’urètre et produisent le castoréum qui est mêlé à l’urine (odeur propre au Castor), glandes sur la plante des pieds. La taille de ces glandes et des glandes anales dépend du poids de l’animal. Les sécrétions des glandes anales sont déposées sur le substrat.  Le castoréum est projeté sur des monticules de terre, atteignant 60 cm de haut et situés au bord du territoire de la famille. Le castoréum est également déposé sur des troncs d’arbres. Les monticules sont fréquentés par tous les membres du groupe. Leur nombre augmente en période de dispersion et dépend de celui des voisins. Ils montrent que le territoire est occupé. Si un Castor étranger y rejette du castoréum, les membres du groupe sifflent, font claquer leur queue, modifient le monticule et y projettent à nouveau leur castoréum. Comportement agonistique : mouvements de ta queue, coups, simulacre de morsure. L’ odorat et l’ouïe sont excellents, mais la vue est faible.

Ondatra_zibethicus_FWS

Il peut héberger dans son terrier le rat musqué qui lui ressemble mais est beaucoup plus petit et a une queue ronde.

Comportement

Le Castor est en grande partie nocturne mais parfois crépusculaire s’il n’est pas dérangé. Il n’hiberne pas mais prolonge ses moments de repos durant la saison froide.

 

Source : ecologie.nature.free.fr

 

Voici une vidéo très intéressante sur le castor d’Europe.

 

Pour assister à une sortie LorraiNature Cliquez ici

Autofécondant, le vaillant noisetier n’a pas besoin d’abeilles.

Je souhaite vous partager cet article très intéressant sur la fécondation du noisetier, tiré du site internet REPORTERRE que j’aime beaucoup.

3 février 2018 / Christine Laurent (Reporterre) 

 

Pour la première année, les noisetiers du Jardin sans pétrole sont en fleurs. Présageant de possibles noisettes en septembre, cette efflorescence est l’occasion de s’intéresser à cette espèce dite « monoïque », capable de se féconder.

Le sol du jardin est détrempé. Je m’aventure d’un pas que j’espère assez léger pour cueillir de la cardamine hirsute. Il y en a partout. Elle a remplacé la renoncule rampante et c’est tant mieux. Elle forme un couvert tapissant en hiver, s’arrache facilement et, comestible, elle donne un petit goût de cresson à la salade. Mais là, il y en a tellement que je vais tenter d’en faire de la soupe. Il vaut mieux cette année ne pas la laisser trop grainer… or, aujourd’hui, elle est en fleurs.

Où sont donc les femelles C’est leur première floraison, signe que nous aurons peut-être des noisettes en septembre. La floraison est facile à repérer avec les longs chatons jaunes qui pendent au bout des branches. Au sens botanique, il s’agit d’un épi, d’une grappe de fleurs constituées d’écailles rattachées à un axe central. Au cœur de chaque écaille, bien protégées, les étamines portent les sacs de pollen. Ces chatons bien visibles sont des fleurs mâles.

Les fleurs du noisetier.

Où sont donc les femelles ? Il m’a fallu un peu de temps pour en trouver une tout juste éclose, laissant émerger à la pointe d’un bourgeon une houppe de filaments rouges, les stigmates. Il doit y en avoir d’autres le long des rameaux, mais tant qu’elles n’ont pas éclos, il n’est pas possible de les différencier d’un bourgeon portant les feuilles.

Le noisetier, espèce dite monoïque, porte les deux types de fleurs, mâle et femelle. En se balançant doucement sous l’effet du souffle, la fleur mâle libère des milliers de grains de pollen qui vont ensemencer les filaments rouges de la fleur femelle — les stigmates, donc — et déclencher la fabrication des noisettes.

Ce n’est pas si souvent que le sort d’une espèce ne dépend pas des abeilles !


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre


Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos : © Christine Laurent/Reporterre sauf :
. chapô : la fleur femelle du noisetier commun. Wikimedia (Aconcagua/CC BYSA 3.0)

 

Assister à un atelier

 

 

 

France bleu Lorraine

Les rapaces nocturnes.

Liste des plantes sauvages.

Jeu-concours du mois de mars

Bonjour, je lance un jeu-concours pour vous permettre de gagner 1 bon de participation pour 2 personnes lors d’une sortie de votre choix au mois d’avril. 

Les règles sont simples, répondez à la question suivante en remplissant le formulaire sous la photo. 

Ceux qui auront répondu correctement à la réponse participerons au tirage au sort. 

1 seule réponse par personne sera acceptée.

La participation à cet événement se terminera le 31 mars 2018 à 23h59.

Le tirage au sort sera réalisé le 1 avril 2018, le gagnant pourra choisir l’atelier auquel il voudra participer. La première date étant le 7 avril.

Voir les ateliers d’avril.

Pensez à vous abonner au site pour recevoir les nouveaux articles en exclusivité, vous pouvez trouver le bouton suivre à droite.

N’hésitez pas à partager ce jeu-concours.

Les mineurs ne sont pas autorisés à participer à ce jeu-concours.

Voici donc la question : 

 

A quel animal appartiennent ces empreintes?

Indice : Ces marques sont caractéristiques. C’est un architecte hydraulique. Il se nourrit du cambium. Nous le trouvons en Lorraine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Merci de votre participation

 

Découvrez le Jardin de Lor

Suivez LorraiNature sur Facebook

En avril 2018

Bonjour, voici le calendrier des prochaines activités d’avril.

Les ateliers sont ouverts à tous, petits et grands.

Venez avec votre convivialité.
Pour vous inscrire, il vous suffit de remplir le formulaire de réservation en bas de cette page, une confirmation de réservation vous sera renvoyé.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.

 

Dimanche 1 avril : cherchons les œufs de pâques dans la nature.

Promenade dans la vallée de Monvaux prêt de Châtel pour découvrir les merveilles de la nature et les œufs de Pâques disséminés sur le chemin. Alliance de découverte de la nature et de recherche d’œufs de Pâques, venez en famille pour partager un moment simple et riche. Sortie de 10h à 12h. Rendez-vous à 9h45 devant la mairie de Châtel-Saint-Germain. 25€ par famille.

 

 

Samedi 7 avril : découvrir les côtes de Moselle, autour de Lorry-Les-Metz.

Promenade découverte des plantes et du milieu particulier de la prairie calcaire, la divine anémone pulsatille, la forêt du plateau de Lorry-Les-Metz – Plappeville, une source et tout son cortège de fleurs, seront au programme de cette promenade fantastique au cœur de paysages lorrains uniques. Rendez-vous à Lorry les Metz devant l’église de 9h30h à 12h30h. Adultes 15€ / Enfants de moins de 12 ans 5€.

 

 

Samedi 7 avril : une exceptionnelle biodiversité, la vallée de Montvaux.

Promenade de 14h à 17h à la découverte des plantes sauvages comestibles et des fleurs de printemps. Rendez-vous à Châtel-Saint-Germain devant la mairie. Adultes 15€ / Enfants moins de 12 ans 5€.

 

 

Dimanche 8 avril  : la zone protégée de Pagny-Sur-Moselle. 

Je vous propose de découvrir un endroit fabuleux composé d’étangs, lieu de passage des oiseaux migrateurs et de prairies humides, d’une incroyable biodiversité. Rendez-vous à l’écluse de Pagny-Sur-Moselle, de 14h30 à 18h. Covoiturage possible à partir de Metz. Adultes 20€ / Enfants 7€.

 

Samedi 14 avril : Le réveil de l’ours.

On va cueillir de l’ail des ours en sortant de notre caverne hivernale et allons profiter de tout ses bienfaits :). Cueillette le matin, pique nique aux plantes sauvages le midi. Chatel-Saint-Germain. Chacun repartira avec de l’ail des ours et une brochure pour le préparer chez soi. Rendez-vous devant la mairie de Châtel à 9h45. Sortie de 10h à 14h. Adultes 30€ / Enfants 10€.

Découvrir l’ail des ours.

 

 

Dimanche 15 avril : pique-nique sauvage. 

Promenade et découverte de la nature, nous nous intéresserons aux plantes sauvages comestibles que nous apprendrons à identifier, nous ferons une cueillette et mangerons les fruits de notre récolte lors d’un pique-nique en pleine nature. Sortie de 10h à 15h sur le mont Saint-Quentin. Adultes 20€ / Enfants 10€.

 

 

Samedi 21 avril : la zone protégée des étangs de Lachaussée.

Découverte de la zone naturelle des étangs de Lachaussée. Nous découvrirons les milieux naturels de ce site exceptionnel. Nous découvrirons les plantes et animaux riverains de cet éco-système unique, passage obligé prés d’un chêne multiséculaire et d’autres merveilles. Pour le repas de midi, nous partagerons un pique-nique aux plantes sauvages. Pensez à faire du covoiturage. Rendez-vous  de 10h30 à 16h30 au conservatoire d’espaces naturels de Lachaussée.  Adultes 40€ / Enfants 15€ .

 

 

Dimanche 22 avril : Veggie Brunch 2018 

Brunch organisé par l’association AEP. A cette occasion je propose une conférence sur les plantes sauvages au jardin. L’événement est à la salle des fêtes de MEXY, prés de Longwy (Voir le plan). Le brunch à lieu de 10h à 20h et l’entrée est à 2€ par personne, gratuit pour les moins de 12 ans. Voici le lieu de l’événement Veggie Brunch 2018 pour plus d’informations. Au plaisir de vous voir.

 

 

Jeudi 26 avril : Découverte des plantes sauvages comestibles avec le Café Fauve.

Promenade autour du café Fauve pour y découvrir les plantes sauvages comestibles. Le rendez-vous est au Café Fauve de 14h30 à 16h30. Vous pourrez découvrir ce café-restaurant associatif hors du commun (pour en savoir plus cliquez ici). Adultes 15€ / Enfants – 12 ans 5€.

COMPLET Les sorties du mois de mai seront bientôt disponibles et d’autres sorties pantes sauvages comestibles seront proposées, n’hésitez pas à me laisser votre adresse mail pour être tenu au courant des prochaines promenades

 

Samedi 28 avril : le réveil de l’ours.

On va cueillir de l’ail des ours en sortant de notre caverne hivernale et allons profiter de tout ses bienfaits :). Cueillette le matin, pique nique aux plantes sauvages le midi. Châtel-Saint-Germain. Chacun repartira avec de l’ail des ours et une brochure de recettes pour le préparer chez soi. Rendez-vous devant la mairie de Châtel-Saint-Germain à 9h45. Sortie de 10h à 14h. Adultes 30€ / Enfants 10€.

Découvrir l’ail des ours.

 

 

Samedi 28 avril : apprendre à reconnaître les plantes facilement.

Initiation à la botanique pour apprendre simplement à reconnaître les plantes. Nous découvrirons les familles de plantes représentatives fournissant une bonne base pour développer ces capacités d’identification. Par l’alliance du scientifique et de émotionnel, je propose un mode d’apprentissage accessible à tous et simple, dans la joie. J’apporterai, au cours de ces sorties, des conseils et des clés qui vous permettront d’identifier les plantes que vous croiserez. Rendez-vous devant la mairie de Lorry-Les-Metz de 16h à 18h. Adultes 30€ / Enfants 10€.

 

Dimanche 29 avril : autour du Fort Saint-Quentin.

Découverte des plantes et des animaux autour du Fort-Saint Quentin, découverte de terriers et lieux d’habitation d’animaux sauvages, prairie calcaire, forêt et prairie humide au programme. Promenade de 10h à 12h . Rendez-vous à l’Arboretum de Plappeville. Adultes 15€ / Enfants 5€.

 

Dimanche 29 avril : une exceptionnelle biodiversité, Pagny-Sur-Moselle.

Promenade à la découverte de la magie des paysages de Lorraine, Découverte du site protégé de Pagny-Sur-Moselle, un des plus riche site en terme de biodiversité. Nous sommes en plein retour de migration et nous pourrons observer des oiseaux traversant notre contrée, nous découvrirons la richesse de la flore, que nous explorerons par des sentiers cachés et féeriques. Rendez-vous devant l’écluse de Pagny-Sur-Moselle. N’hésitez pas à covoiturer. sortie de 14h30 à 18h. Adultes 20€ / Enfants 7€.

 

FORMULAIRE DE RESERVATION

 

Informations complémentaires.

Informations complémentaires

Les essences de la haie fruitière pour le Jardin de Lor

Sur l’ensemble du jardin, les haies fruitières représentent un milieu développé qui permet d’apporter des supports écologiques à une multitude d’organismes vivants. C’est dans cette optique que les essences d’arbustes sont choisis.

Afin de restaurer les habitats à pie grièche écorcheur, par exemple, le choix se porte sur la plantation d’aubépines, de prunelliers, d’églantiers et de ronciers essentiel à cet oiseau.

Les ronciers offrent un micro-habitat pour différents types de mammifères, oiseaux et insectes.

Des fruitiers pollinisateurs apportent un soutien aux abeilles et facilitent la pollinisation du verger conservatoire et de toutes les plantes à fleurs et arbres présents sur le site du jardin et bien au-delà de ses frontières.

Des fruitiers sauvages tel que le sureau noir, le cornouiller mâle, le cormier, le noisetier,… favorisent les espèces qui en dépendent à chaque saison.

D’autres arbustes sont plantés pour favoriser la biodiversité sur le site et autour. Citons le cornouiller sanguin, l’alisier torminal, le sorbier des oiseleurs, le viorne lantane, l’argousier ou le fusain d’Europe…

Un premier point d’honneur sera mis à l’utilisation d’essences présentes sur le terroir concerné. Un second sera mis pour éviter l’introduction d’espèces invasives sur le site.

 

La forêt naturelle (Zone 5)

La zone de forêt naturelle se compose d’essences de bois spécifiques au terroir, pour le Jardin de Lor, attaché au territoire de Metz, les essences seront de types feuillus avec du hêtre, du chêne, du charme, du merisier, du cormier, entre autres.

 

Les zones aquatiques

Elles sont composées de différents types de mares, eutrophes et oligotrophes, de zones humides favorisant certaines espèces aquatiques et semi aquatique tel que les anoures, les odonates…

Autour des zones aquatiques, des arbres adaptés au milieu seront plantés tel que les saules, aulnes, frênes… présents sur le territoire.

Les mares de la zone 1 et 2 seront protégées par une clôture permettant le passage des animaux et apportant un cadre sécurisé en cas de présence d’enfants.

La mare de la zone 5 n’étant pas accessible à l’être humain, il n’y aura pas de clôture pour la sécuriser.

 

La zone potagère et la basse-cour

Cette zone sera expérimentale et permet de tester des modes de culture respectueux de l’être humain et de son environnement. La priorité est donnée à la culture de variétés potagères reproductibles et adaptées au terroir.

Nous trouvons également dans cette partie des fleurs mélangées aux plantes potagères, apportant un soutien à la biodiversité et permettant de créer un système résilient en utilisant des méthodes de compagnonnage des plantes et en installant des micro-habitats à proximité, par exemple.

Pour la basse-cour,  le choix des races anciennes et rustiques, adaptées au climat, de poules, canards, oies facilite l’entretien des animaux.

Le toit du poulailler sert à récupérer l’eau de pluie qui sera disponible pour la partie potagère.

L’espace sera protégé des attaques de mammifères carnivores ou de mustélidés par une clôture grillagée et une haie défensive.

 

Pour voir le projet dans sa globalité, vous pouvez vous rendre sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire en suivant le lien « Mon projet pour la planète ».

Pour découvrir les autres articles sur le jardin de Lor vous pouvez suivre « Projet du jardin de Lor ».

Pour participer à nos activités vous pouvez suivre le lien « Nos activités ».

 

 

Plan et légende du Jardin de Lor.

Voici le plan d’aménagement type du Jardin de Lor.

Vous trouverez ensuite la légende du plan.

 

Plan d'aménagement du Jardin de Lor

 

Légende du plan d’aménagement du Jardin de Lor.

Les habitats

 img036 (7)     Arbres

img036 (6)     Haie fruitière

img036 (3)     Mare   

img036 (4)     Zone humide à roseau, phragmite…

img036 (8)     Prairie naturelle

img036 (9)     Zone potagère et mellifère

Les micro-habitats

img036 (2)     Pierriers et rochers

img036 (5)     Tas de bois, souches…

img036 (10)     Mur de pierres sèches

Des nichoirs et différentes structures comme des hôtels à insectes seront disséminées sur l’ensemble du jardin afin de favoriser une résilience des systèmes écologiques et de développer la biodiversité.

Des haies fruitières et des mares sont installées sur tout le jardin afin de restaurer les corridors écologiques proposés par la Trame verte et bleue.

Plan de zonage du Jardin de Lor.

 

Zonage Jardin de Lor

 

Le plan d’aménagement est organisé en 5 zones, selon la fréquence d’utilisation du lieu.

La zone 1 correspond à une zone utilisée quotidiennement, on y trouve :

  • le lieu d’accueil principal pour les visiteurs et autres partenaires,

  • le potager expérimental, la basse-cour et la logistique pour gérer les espaces,

  • une phyto-épuration expérimentale,

  • c’est un lieu d’échange des connaissances et d’expérimentation proposant des alternatives aux cultures traditionnelles, des particuliers aux maraîchers.

  • un parking couvert d’une pergola végétalisée protège les véhicules du soleil et réduit l’impact visuels de ces derniers. Des places handicapés permettent un accès facile au site.

 

La zone 2 correspond à une zone utilisée régulièrement, elle sera un lieu d’animations pour les structures qui en font la demande. Nous y trouvons :

  • un lieu d’accueil et d’animation couvert, pouvant accueillir écoles, entreprises, associations…

  • il est entouré d’une haie fruitière, c’est aussi un corridor écologique de la Trame verte

  • une zone de prairie et une mare ajoute au cadre et à la Trame bleue,

  • micro-habitats réparti sur l’ensemble de la zone,

  • accès facile à l’ensemble du site, verger, lieu d’accueil principal, prairies naturelles.

 

La zone 3 correspond à une zone utilisée occasionnellement et sera mis à disposition pour des animations occasionnelles (centres de loisirs, scouts, association de bien-être,…). Elle se compose :

  • d’un lieu d’accueil pour des écoles, entreprises, associations…

  • de plusieurs prairies naturelles, non fauchées permettant l’observation de la nature,

  • des micro-habitats favorisant la résilience du site,

 

La zone 4 est une zone utilisée quelques fois dans l’année, elle se caractérise par un verger conservatoire des fruitiers traditionnels du terroir. On y trouve :

  • des fruitiers locaux,

  • un rucher permettant la pollinisation sur tout le site et au-delà,

  • un mur de pierres sèches pour favoriser cet éco-système et améliorer la résilience des autres pierriers mis en place sur le site.  

  • des micro-habitats

 

La zone 5 est dédiée à la nature sauvage, c’est un sanctuaire pour la nature et l’homme n’y intervient pas. Cette zone peut mettre beaucoup de temps pour atteindre son équilibre. Elle se compose :

  • d’une zone aquatique avec mare et zone humide,

  • d’une prairie naturelle,

  • d’une zone boisée sans intervention de retrait du bois mort afin de favoriser les espèces xylophages et ceux qui en dépendent, une clairière.

  • 2 observatoires sont installés à des fins pédagogiques et à des fins naturalistes pour observer, comprendre et analyser l’évolution du milieu.

Pour suivre l’évolution du projet, je vous invite à devenir membre du groupe Facebook : Le jardin de Lor.

Pour découvrir Nos Activités et pour nous soutenir dans notre démarche vous pouvez vous abonner à ce site à droite ou sur Facebook sur LorraiNature. 

Vous pouvez retrouver les projets de « mon projet pour la planète » en cliquant ici.

 

%d blogueurs aiment cette page :